Ma carrière

2015 : Blancpain GT SERIES (Endurance & Sprint) with WRT - 1 win / 3 podiums

2015 : 1 week-end in Boss GP at Paul-Ricard. 1st & 2nd place
2014 : GP2 Series with DAMS - 1 win / 2 podium - 1 pole - 9th Overall
2013 : GP2 Series with DAMS - 1 podium - 1 pole - 8th Overall
2012 : GP2 Series with Trident Racing - 1 podium
2011 : World Series by Renault with Draco
2010 : Vice Champion F3 Italia with Lucidi Motors - 4 wins / 8 podiums - 1 pole
2009 : 6 races out of 8 in F3 Italia with RC MotorSport - 3 podiums - 6th overall
2009 : Some races in the British F3 with Epsilon
2009 : 1 win & 2nd place in French GT during the Paul-Ricard meeting with a Corvette GT1
2008 : Eurocup Formule Renault 2.0 with Epsilon
2007 : Eurocup Formule Renault 2.0 with TBER
2006 : Belgian Formula Renault 1.6 Championship with Thierry Boutsen Racing
2003-2005 : Go-Kart Years
2005 : 3rd in the french Rotax Max challenge
2005 : 8th in the European Junior Rotax challenge

Passionné de sport automobile depuis l’enfance grâce en partie à la carrière de son père, pilote de Rallye International, Stéphane Richelmi débute la compétition à l’âge de 12 ans. Deux courses en Minimes (Région PACA – France) à la fin de l’année 2002. Pour la saison suivante, alors âgé de 13 ans, il participe au championnat de France en catégorie Junior en disputant quatre courses sur cinq dans l’hexagone avec des performances prometteuses au vu de sa faible expérience.

En 2004, Stéphane s’engage de nouveau dans le championnat de France Junior où il participe cette fois-ci à l’intégralité du championnat. Les résultats ne sont pas vraiment au rendez-vous. Contrairement à la course en Rotax Max Junior qu’il gagna à Essay. Lui qui était venu pour apprendre la piste réussit à participer à la Finale Nationale où il se classa 6ème.

En 2005, le jeune monégasque rejoint le championnat de France Rotax Max où il s’impose comme l’un des favoris malgré ses 15ans, côtoyant des pilotes plus expérimentés. En effet, il finira à la troisième place du championnat en manquant une course par rapport à ses adversaires directs. En fin d’année, il put rouler dans sa ville en participant à la Monaco Kart Cup en catégorie Endurance. Il faisait alors équipe avec Stephane Ortelli mais surtout signa le 2ème chrono des qualifications derrière Jules Bianchi et juste devant Jerome D’ambrosio.

L’année 2006 marque un nouveau tournant dans sa carrière ; il passe en monoplace et s’inscrit dans le Championnat Belge de Formule Renault 1.6 en intégrant l’équipe Thierry Boutsen Racing. Une année qui sera placée sous le signe de l’apprentissage de la monoplace et de la découverte de l’univers du sport automobile. Toujours au lycée et ne participant qu’à peu d’essais, la saison ne fut pas la meilleure malgré de bon chronos ici et là.

En 2007 Stéphane rejoint le championnat Formule Renault 2.0 Eurocup avec la même équipe. Tous deux découvrirent les difficultés de ce championnat très relevé avec plus de 35 voitures. Un saison compliquée mais formatrice où il acquit de l’expérience.

Il poursuit dans cette discipline en 2008, cette fois avec l’équipe Epsilon. Après de bons essais hivernaux, Stéphane et ses équipiers Mathieu Arzeno, Tristan Vautier et Bastien Borget finirent par se rendre compte que l’engineering ne fut pas à la hauteur. Influencé par le directeur d’écurie, la décision d’arrêter la Formule Renault fut prise pour s’engager en F3 Euroseries. L’objectif étant de participer aux trois dernières courses pour préparer au mieux la saison 2009.

En 2010, le pilote monégasque s’engage auprès de l’équipe Lucidi Motors dans le championnat de Formule 3 italienne. Il remporte 4 victoires, réalise 4 podiums (3 seconde place et 1 troisième place), 1 pole position, 2 « Top 3 » en qualifications (avec 1 seconde et une troisième place sur la grille) et réussit la performance de finir 14 courses sur 16 dans les points. Finalement, il décroche la seconde place du championnat seulement quelques points derrière le vainqueur. En décembre de cette même année, ayant obtenu une place sur le podium du championnat, Stéphane est invité à tester la Ferrari F2008 à Vallelunga.

Croyant à l’évolution de l’équipe, le pilote monégasque fit encore confiance à Epsilon et ils prirent la route du championnat Anglais. Après une partie du championnat au fond du classement, Stéphane se retrouva à la croisée de chemins, sans repères. Au mois de Mai, un appel du RC Motorsport, Team Italien avec lequel il avait fait quelques jours d’essais, lui propose de venir rouler dans le championnat Italien de F3. Directement dans le coup, il reprend confiance en lui et décide de quitter le championnat Anglais. Il finit à la 6ème place avec trois podiums, en ayant manqué la première partie de la saison. En fin de saison, il transforme un coup d’essai en championnat de GT en un double podium dont une victoire en catégorie GT1 sur le circuit Paul-Ricard.

En 2011, il gravit une nouvelle marche pour se rapprocher de la Formule 1 en rejoignant l’équipe Draco Racing, alors engagée en Formula World Series by Renault, l’une des deux disciplines qui préparent le mieux l’élite du Sport-Auto. Une saison plutot difficile où Stéphane et son équipe n’arrivent pas à tirer le maximum de la monoplace. A la fin de l’été, son compatriote Stefano Coletti se blesse lors de la course de GP2 à Spa-Francorchamps. L’équipe Trident cherche donc un pilote pour le remplacer lors de l’ultime manche de la saison à Monza. Stéphane est vite à l’aise avec la monoplace de 620cv, réalisant deux bonnes courses avec des chronos à 5 dixièmes des meilleurs. Pendant l’intersaison, il fallut trouver davantage de sponsors pour faire le saut dans l’antichambre de la F1 et une fois le budget finalisé, Stéphane décide de rester avec le team qui l’a fait débuter dans la discipline.

La saison 2012, qui se doit être une année pour apprendre tant le roulage est faible dans cette catégorie, montre deux visages. D’abord de bonnes qualifications avec une 3ème place à Barcelone où une 6ème place à Bahrein, mais des courses très compliquées tant la dégradation des pneus était trop importante. Ayant pourtant un pilotage propre, ce n’est qu’à Hockenheim que la voiture lui permis de monter sur le podium en course 1.

Avec ses performances, Stéphane a pu tester deux équipes de pointe à la fin de la saison : ART et DAMS. Après avoir montré ses capacités il avait donc le choic entre ces deux top teams ou son équipe de 2012. La décision fut prise d’aller chez DAMS pour sa deuxième année en GP2. Même si, il peut dire qu’il pouvait faire mieux et que cette saison n’a pas rempli toutes ses attentes, il réalise néanmoins une très bonne saison en finissant à la 8ème place finale, et était 6ème avant le dernier rendez-vous de la saison et devant son équipier Marcus Ericsson qui lui, allait signer en F1 la saison suivante.

voir pris une pénalité très injustifiée…

La saison 2013 fut excitante au delà des chiffres et très enrichissante. C’est naturellement et logiquement que l’équipe DAMS et Stéphane décidèrent très tôt de continuer ensemble pour une seconde saison ensemble.

2014 qui devait être l’année de consécration pour sa troisième dans la catégorie fut assez frustrante. Il reconnaît avec le recul qu’il n’était à l’aise comme en fin de saison 2013 et connu des week-ends sans. Il décroche quand même une pole position à Barcelone, ce qui sera sa seconde en GP2 après celle du Nurburgring l’année passée, et surtout, la victoire en course Sprint de Monaco. Avec une vingtaine de points de moins qu’en 2013, sa carrière en GP2 et donc en monoplace prit fin à Abu Dhabi, après avoir pris une pénalité très injustifiée…

Pour 2015, Stéphane cherche un contrat avevc un constructeur, et pour ça décide d’intégrer les rangs du WRT, équipe de pointe d’Audi, dans la catégorie reine du GT, le Blancpain Series. Avec son équipier Monégasque Stéphane Ortelli, il espère que ses performances sur l’Audi R8 LMS Ultra de l’équipe Belge vont lui permettre d’intégrer le giron des pilotes Audi… Dans le championnat Sprint, ils finissent 4ème équipage avec Stéphane, 2ème Audi. Malheureusement en Endurance le résultat est plus mitigé, roulant souvent sur des circuits n’étant pas favorable à leur monture.

A bientôt pour la suite.

Stephane-Richelmi-GP2-Sochi-2014-67
AS5D7578 - copie
20120521175008
_79P4081
gp2-richelmi-pole-position-nuerburgring
201407041831350
Stephane-Richelmi-GP2-Monza-2014-31